fren
Interview du tennisman et amateur de vins Michaël Llodra
retour

Interview du tennisman et amateur de vins Michaël Llodra

Michaël Llodra, ancien joueur professionnel de tennis, est désormais installé en plein centre de Bordeaux où il possède la Cave Clandestine, un concept singulier mêlant accueil gastronomique, vente de vins et négoce pour des clients triés sur le volet. Sa vision bordelaise, sans concession, est d’autant plus intéressante qu’elle possède en elle toute l’expérience internationale d’un grand voyageur et d’un passionné qui, dès l’âge de 23 ans, a acheté près de 250 magazines pour assouvir sa soif de connaissance sur le monde du vin. Entre discours de vérité et passion personnelle, cet entretien nous permet de découvrir ce formidable ambassadeur des vins de Bordeaux.

Pouvez-vous nous résumer votre carrière ?

J’ai été professionnel de tennis pendant 15 ans et j’ai eu la chance de vivre de ma passion et de jouer les meilleurs tournois. Mon meilleur classement était vingtième en simple et numéro 1 en double, j’ai gagné 5 tournois ATP, 28 en double comme Wimbledon, deux fois le tournoi d’Australie et une médaille d’argent aux Jeux olympiques de 2012.

Comment êtes-vous devenu passionné de vins ?

C’est grâce à mon entraineur, Lionel Roux, un ancien joueur de Coupe Davis reconverti en entraineur, qui m’a formé dès l’âge de 23 ans. Le vin pour moi c’est du partage, de la convivialité et des valeurs importantes. Il n’y a rien de mieux que d’acheter une bouteille et de la partager avec d’autres personnes. Le vin est une matière qui évolue et l’on peut avoir de bonnes surprises, mais c’est quelque chose de très excitant et j’ai toujours dans ma tête la nécessité de me projeter.

Quelles sont les valeurs qui vous parlent ?

Tout d’abord le vigneron qui est une source d’inspiration, de plaisir et de rencontres car on arrive rapidement à déceler un vigneron passionné et qui partage avec nous sa passion. Dans ma carrière, et encore aujourd’hui, j’ai eu la chance de découvrir certains d’entre eux. Ce sont des années de transmission et d’expérience que nous partageons avec eux.

Avez-vous une prédilection pour des régions françaises ?

Je suis ambassadeur des vins de Bordeaux en Bourgogne et dans la Vallée du Rhône et inversement. Je prends un malin plaisir à mélanger les régions et à faire découvrir les vins d’autres régions.

"Je crois que l’affectif est désormais très important dans le monde du vin"

Quelle est l’image que vous avez de Bordeaux ?

Quand la passion m’a prise, la première région vers laquelle je me suis tourné c’était Bordeaux. Des vins plus présents sur les marchés et des noms qui me faisaient rêver. D’autant que quand je me documentais, les articles étaient nombreux sur Bordeaux. J’étais accro à la lecture sur le vin donc les premiers vins que j’ai achetés étaient les vins de Bordeaux. On ressent l’histoire, le terroir et Bordeaux reste Bordeaux et amène avec lui de très nombreuses régions. On parle de Bordeaux dans le monde entier et je peux vous dire que Bordeaux fait rêver le monde entier.

Quelle est la force de Bordeaux ?

Bordeaux a la chance d’avoir des vins qui peuvent se garder très longtemps. Aujourd’hui c’est peut-être un souci avec le type de consommation contemporaine mais Bordeaux, avec ses tanins et cette puissance produit des vins d’une subtilité incroyable même dans leur jeunesse. Aujourd’hui, par exemple, je commence à boire des 2009 et je trouve des vins fantastiques avec le jeu de l’assemblage qui est majestueux et qui permet de comprendre les terroirs et les parcelles. C’est unique.
Il y a également un volume de vin important sur des vins très abordables.

©Les Echos

Quels sont les conseils que vous donnez à vos clients lors de l’achat de cave ?

Il y a une telle diversité à Bordeaux que les clients peuvent prendre du plaisir avec la grande variété de vins. Bordeaux possède une vraie diversité et c’est très intéressant pour les clients. Après, j’ai la chance de pouvoir acheter les vins que je souhaite pour mes clients et je m’adapte en fonction des millésimes, de la qualité des vins et de la connaissance des vignerons. Je crois que l’affectif est désormais très important dans le monde du vin. La différence va se faire sur l’humain, la personne, l’étiquette, la rencontre.

Votre épouse cuisine remarquablement bien et vous proposez des menus dans votre Cava Clandestine, quels sont les accords mets et vins que vous conseillez ?

J’essaye d’appeler les vignerons en leur demandant leurs avis. Je suis novice, cela fait simplement 15 ans que je m’intéresse au vin, et j’aime leur demander ce qu’ils pensent de tels ou tels accords. Les accords mets et vins, c’est fantastique. On peut transcender un plat grâce à un vin et vice versa. Je pense que les acidités et les amers sont très importants pour marier un vin et un plat. Et puis, certaines fois, nous faisons des essais. Vous voyez par exemple, le sauternes est pour moi l’un des vins les plus complexes à faire et je trouve qu’il y a une vraie réflexion à avoir. Ils peuvent être exceptionnels de complexité aromatique et de fraicheur, mais les vins sont boudés par les clients. Sur les accords mets et vins, on peut réaliser de très belles choses.

Ces articles peuvent
vous intéresser

La newsletter

logo airfrance logo riedel